Le premier week-end de juillet, quelques nageurs du club ont choisi d'aller prendre le frais du coté des châteaux de la Loire. L'objectif ultime était la descente du Cher organisée par la N.A.P de l'USC Chambray et notamment le passage insolite sous les arches de Chenonceau !

Halte à Beaugency

Départ samedi en fin de matinée de Paris pour un déjeuner en bord de Loire à Beaugency, devant ses îles et son pont aux nombreuses arches.

Plusieurs fois remanié, restauré, reconstruit, le pont de Beaugency garde encore une série d'arches gothiques du début du XIVe siècle. Au delà, on remarque des arches modernes avec des parements de pierre de taille, remplacés en 1950 par des travées de bois, provisoires depuis le XVIIIe siècle. Une restauration se fait en 1983 en raison de l'instabilité de la partie gothique. Construit vraisemblablement sur ordre du seigneur de Beaugency, le pont enjambe la Loire depuis le XIIe siècle.

Ces îles baptisées "îles aux sternes" offrent des milieux originaux qui se développent sur les sols sableux du lit mineur, régulièrement décapés par les crues. Elles accueillent, notamment, la nidification d'oiseaux ligériens comme les sternes et les mouettes qui en dépendent pour leur reproduction. Ces oiseaux ne peuvent, en effet, se reproduire que sur ce type de milieux et nulle part ailleurs. Nous avons constaté pendant notre repas que les sternes et mouettes étaient bien présent et se faisaient entendre !

Beaugency © Marie Buso

Soirée à Amboise

Cave Amboise © Marie Buso

Ensuite nous avons longé la Loire apercevant de-çà et là quelques uns de ses châteaux avant d'arriver à Amboise, où nous avons passé la fin de journée. La chaleur est assez exceptionnelle dans la régions 35°C. Nous nous sacrifions donc pour une visite d'une cave troglodyte afin de profiter de la fraîcheur. Des couvertures nous sont même proposées à l'entrée pour ne pas nous enrhumer. Histoire de ne pas se laisser abattre nous y dégustons quelques vins de la Loire. C'est l'occasion de déguster un vieux vin de 1975. C'est pas quelque chose que l'on a l'occasion de déboucher souvent !

Après quelques photos souvenir devant le château d'Amboise, nous nous restaurons. Dans une salle climatisée pour nous tout seul, nous régalons d'un bon repas au Lion d'Or avant d'entamer une balade digestive sur les hauteurs de la cité d'Amboise.

Descente du Cher

Après avoir pris des forces autour d'un bon petit déjeuner, nous étions un peu avant 10h à Civray sur les rives du Cher pour finaliser notre inscription, retirer nos dossards et jolis bonnets flachis où nous avons retrouvé nos amis de l'UASG ! Après le briefing, préparation du matériel et équipement avant de rejoindre le point de départ de la descente.

Les choses sérieuses commencent, après le départ pour les compétiteurs sans appui, c'est au tour des nageurs "découverte" de s'élancer dans une eau à 23°C ! Ambiance bonne enfant de rigueur. La descente du Cher se fait tranquillement en croisant quelques bateaux de tourisme ou des canoës. C'est sur que faire la descente à la nage est assez inhabituel. Même les libellules en profitent pour se poser sur les bonnets roses fluos et ainsi descendre le Cher tranquillement et sans effort. La descente du Cher permet de combiner la fraîcheur, le tourisme et la sortie bio&nage !

A l'issue du premier kilomètre, nous apercevons le clou de cette descente : Le château de Chenonceau, à la silhouette reconnaissable entre toutes est une des plus belles constructions de la Renaissance française.

Il est installé au dessus du Cher sur les piles d'un pont qui était auparavant un moulin fortifié puis un château fort. Il se compose d'un pavillon carré flanqué aux angles de tourelles en encorbellement et surmonté de hautes lucarnes et de cheminées chargées d'ornements. Ce pavillon est relié à la rive gauche du Cher par un pont, sur lequel a été édifié une galerie de 60 m de longueur sous Catherine de Médicis.

C'est contemplatifs que nous passons sous les arches de la galerie du château, pendant que les nageurs compétiteurs du 6km commencent à nous doubler ! En bons touristes nous n'avons pas hésiter à profiter du château sous cet angle inhabituel.

A l'arrivée, petite frayeur suite à la disparition de la boite à masque qui contenait les clés de tous nos véhicules ! C'était juste un étourdi qui l'avait prise, la croyant sienne !

C'est décidé, on y retournera l'année prochaine !

Retour d'expérience : investir dans une boite à clés étanche, quitter Paris dès le vendredi soir pour profiter pleinement du samedi sur place !

Le week-end en images !

Rétroliens sur cet article.

  1. Anonyme dit 27 août 2018 à 00:27

    […] parce qu'on ne dédaigne pas l'eau douce, en juillet 4 plongeurs ont participé à la descente du Cher, en passant sous les arches du château de […]

URL de rétrolien.