L'Aqua Paris Plongée a ses habitudes en Méditerranée, avec des séjours de longue durée comme à la Londes les Maures, ou lors de simples week-ends à Marseille. Mais, avec les nouvelles voies à haute vitesse, la Bretagne se rapproche de Paris. Mi-septembre, 6 plongeurs de l’APP ont donc mis cap à l'ouest. Ce petit groupe de courageux (!!) s'est donné rendez-vous au centre de plongée Sellor Nautisme de Larmor Plage en Bretagne Sud, à 3h30 de Paris. Deux jours de plongées bretonnes face à l'île de Groix. Voici la suite...

Le centre Kerguelen

Située dans un cadre magnifique, au cœur d’un environnement maritime d’exception, face à l’île de Groix, la résidence Kerguelen est en bordure d’une plage de sable fin. Oubliez les bouchons parisiens et le trafic à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Le centre nautique est éloigné de toute source de bruit, la nuit c’est le silence ! L'absence de pollution lumineuse permet également d'observer le ciel étoilé. Ça change des centres de plongée et logements en ville !

Certes éloigné des habitations, mais juste à coté du GR34, ce qui permet aux non plongeurs de faire de belles balades jusqu’à Larmor-Village. Pour les sportifs non plongeurs, d'autres activités aquatiques sont proposées : cours de voile mais aussi cours d’aquagym en pleine mer. Plus agréable (et frais) qu'à la piscine !

Le meilleur pour la fin : c’était la Bretagne certes, mais il a fait beau tout le week-end. Non pas "beau plusieurs fois par jour", comme souvent en Bretagne, mais beau durant tout notre séjour ! Ainsi, le soir en attendant notre repas, nous avons profité de la terrasse pour passer un agréable moment et nous remémorant nos belles plongées de la journée.

La plage © Cecilia B.

Sous l'eau...

Le premier jour, les plongées étaient tranquilles, nous permettant de faire connaissance avec la faune et la flore bretonnes. Le matin, nous avons plongé sur les éboulis de Pen Men, avec son relief de type canyon et, l’après midi, sur le site du « Barrage » de l’île de Groix. Ainsi nous avons pu découvrir les champs de laminaires, algues caractéristiques des fonds bretons. Nous avons fouillé dans les nombreuses anfractuosités, dans lesquelles congres, crevettes, galathées, langoustes, tacauds, vieilles prennent place.

Les épaves ne manquent pas autour de l’île de Groix, notamment celles de la seconde guerre mondiale. Elles nous ont accompagné pour notre seconde journée de plongée. La première épave de la journée a été le mythique sous-marin allemand U-171. Il a été coulé par une mine flottante en 1942 alors qu’il rentrait de sa première campagne, au large de l’Amérique du Sud. Plonger en Bretagne avec une visibilité digne de Méditerranée est assez rare. Nous en avons bien profité, aussi pour constater que l’épave est en très bon état. De nombreuses langoustes y ont élu domicile : au-delà de 30, nous avons arrêter de les compter ! Seule la température de l’eau nous a rappelé que nous étions en Bretagne !

Le Flake Sperrbrecher 134 est notre deuxième épave de la journée. Ce bateau, dragueur de mines et escorteur de sous-marin, aurait dû escorter le U-171 s’il n’avait pas été en retard. Mais ce n'est qu'à la fin de la guerre qu'il a été coulé, lors d’un bombardement alors qu’il était au mouillage. Cela explique la faible profondeur à laquelle on le trouve. À notre arrivée sur l’épave, nous sommes accueillis par un banc de tacauds somnolant au-dessus. L’épave regorge de trous et recoins très riches en vie marine, hébergeant de nombreux congres, tourteaux, araignées et autres crustacés. Cette grande épave nécessite au moins une seconde visite pour en faire le tour. Rendez-vous est pris pour l'année prochaine !

Pour conclure, nous avons été très bien accueillis par l’équipe de Sellor Nautisme dans très bonne ambiance. L'excellence de l'accueil concerne aussi bien le logement, la nourriture que la plongée. Commencez à faire un peu de place dans vos agendas pour septembre 2019 : c’est certain nous allons y retourner, en plus grand nombre, on l'espère. Croisons les doigts pour que les conditions météo soient aussi bonnes l’année prochaine !