Le lundi 17 décembre 2018, une soirée de recyclage secourisme a été faite auprès des encadrants du club par Jean-Louis. Au programme de cette soirée, deux ateliers : un atelier technique de massage cardiaque, ventilation, défibrillation par équipe de 3, et un atelier cas concrets mer et piscine.

Atelier technique de massage cardiaque, ventilation, défibrillation

C'est par groupe de 3 que chacun s'est exercé au massage cardiaque, à l'utilisation d'un DSA sans oublier la simulation de l'appel des secours.

A retenir : prendre le temps de faire le bilan de conscience et ventilation (une minute) avant de prévenir les secours. Pour la ventilation, patienter 10 secondes.

Quelques chiffres à avoir en tête :

  • 30 massages
  • 2 insufflations

 

 

Le défibrillateur

On distingue 2 types de défibrillateurs :

  • les défibrillateurs Entièrement Automatiques (DEA)
  • et les Semi-Automatiques (DSA).

Lors de l'utilisation d’un DSA, le choc électrique est déclenché par l’utilisateur qui doit appuyer sur un bouton et s’assurer que personne ne touche la victime avant la délivrance du choc. Effectivement, si un témoin touche la victime, il recevra une part de la décharge, ce qui sera désagréable. Mais le plus ennuyeux est que la victime ne bénéficiera pas de la totalité de la puissance du choc.

A l’inverse, avec un DEA, le défibrillateur enverra le choc sans aucune intervention après avoir informé le témoin sauveteur de l’immédiateté du choc (message vocal : choc dans 3, 2, 1).

Depuis le décret du 4 mai 2007, toute personne est autorisée à utiliser un DAE Défibrillateur Automatisé Externe. Le terme « Externe » ne signifie en rien l’endroit physique où il sera installé, à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment. Le terme « Externe » est utilisé en opposition au défibrillateur utilisé en chirurgie cardiaque, soit « Implantable ». Un DAE peut donc être un DEA ou un DSA. Ils sont utilisables par tous, sans que l’on doive suivre en amont une formation au secourisme. Même sans être un médecin, on les utiliser légalement. Et si ces modèles ont une différence, ils se ressemblent sur un point et pas n’importe lequel : ils permettent de sauver des vies.

Le bilan de cette soirée

Cette soirée a été l'occasion de revoir les gestes de premiers secours en cas d'accident de plongée mais également utile pour la vie de tous les jours. Elle a permis de réunir 14 moniteurs et 2 plongeurs.

Cette séance sera à compléter par un tour des installations de la piscine, un jeudi soir à l'issue d'un entrainement.